28/01/2009

Le Traité sur l'Antarctique

La station Princess Elisabeth se trouve à Utsteinen, nom d’une arrête rocheuse en terre de la Reine Maud. J’ai lu sur un site internet : « La terre de la Reine Maud est une région de l'Antarctique appartenant à la Norvège ». Doit-on croire cette affirmation ? L’Antarctique est-il découpé en morceaux de tarte appartenant à différents pays ?

Non, non, non, non, non, l’Antarctique n’appartient à personne ! Et une charte protège ce statut spécifique jusqu’en 2049. En quelques mots la petite histoire de ce statut unique au monde. 

Des baleiniers norvégiens, les plus audacieux, ont longuement flirté avec les côtes antarctiques. Des explorateurs ont été les premiers à fouler les glaces de l’Antarctique. Les pays, flairant des nouvelles ressources géologiques, des accès stratégiques, des positions militaires intéressantes, on revendiqué unilatéralement des territoires en Antarctique. Cela a amené à des situations rigolotes, non seulement ce découpage en morceaux de tarte partant du centre vers les côtes, mais aussi des territoires superposés. C’est ainsi que la Péninsule antarctique était revendiquée en même temps par l’Argentine, le Chili et le Royaume-Uni ! On dit que ces pays (Argentine, Australie, Chili, France, Nouvelle-Zélande, Norvège, Royaume-Uni) ont des prétentions territoriales sur l’Antarctique. Etrange, non, que ni les Etats-Unis, ni la Russie n’ont de telles prétentions ? Tiens, et la Belgique alors ? Nous aussi on a eu un grand explorateur…

En 1959, un traité est signé à Washington : ce traité gèle les prétentions territoriales, insiste sur la notion d’activités pacifiques et dédie ce continent à la recherche scientifique internationale. Les objectifs sont :
- assurer un échange d’informations scientifiques concernant l’Antarctique
- interdire toute explosion nucléaire et tout stockage d’éléments radioactifs
- interdire les activités militaires
- protéger la faune et la flore, respecter les écosystèmes, éviter toute pollution
- protéger également le sol et les ressources géologiques


traite_signatairesLe traité est établi par les 12 premiers pays signataires, dont la Belgique ! D’autres pays se joignent ensuite, jusqu’à atteindre le nombre de 46 nations adhérentes au Traité.

Donc voilà, l’Antarctique n’appartient à personne, et à tout le monde à la fois. La mission du continent n’est que scientifique et pacifique. Pas question d’y développer du tourisme à outrance, pas question d’y chercher du pétrole, du charbon, du gaz, de l’or, des diamants,… Le continent est pro-té-gé. Mais ce n’est qu’un CDD (contrat à durée déterminée). Quid en 2049, les états signataires, malgré la pénurie en pétrole annoncée, auront-ils le courage de renouveler le contrat ?

Mais ne soyons pas naïfs non plus, si le 6ème continent n’était pas si hostile (difficulté à y résider, à exploiter le sous-sol vu l’épaisseur de la calotte glaciaire, conditions météo exécrables,…), le Traité aurait-il eu une chance de voir le jour ? Allez, un Ricard, pour oublier et pour continuer à croire que l’Homme est capable de signer ce genre de traité. Je vais finir par y prendre goût ;-)

22:14 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Un beau traité... Allez, je trinque avec toi ! Qu'Adèle et Simon puissent dire en 2049: on a renouvelé le traité de papa !

Écrit par : Virginie la mère | 28/01/2009

norvégien le nom est norvégien
et si je me souviens bien (malheureusement je suis arrivée énervée à la présentation)
c'est parce que les premiers explorateurs étaient norvégiens.
La base actuelle n'est pas à la même place que la base baudouin et près de la base actuelle il y a une autre base (je ne me souviens plus de quel pays)
c'est pourquoi j'ai posé la question des emplacements et c'est une convention internationale qui fixe les emplacements qui peuvent varier avec le temps.
Dommage que vous n'avez pas assisté à cette présentation.

j'ai un peu regardé les autres blogs.
Il me semble qu'on a parlé du Mali à la TV.
Quel dynamisme chez votre maman.
Bravo à tous les deux.
bonne journée.

Écrit par : Francine | 28/01/2009

non en regardant wikipedia
il me semble qu'en signalant que le nom est norvégien, le présentateur a fait allusion au belgica
donc peut-être au lieutenant amundsen.

Écrit par : Francine | 28/01/2009

En effet Francine, Utsteinen est un nom donné par les norvégiens. La plupart des lieux de la terre de la Reine Maud ont été découverts par les norvégiens. Je le rappelle, ces dernier étaient les champions de la chasse à la baleine, dès lors, ils se sont installés dans des petits camps de base pour se reposer de leurs aventures dans les eaux glacées à courir derrière les baleines. Néanmoins, malgré que ces terres aient été découvertes par les norvégiens et malgré que ces derniers revendiquent une prétention territoriale, le Traité de 1959 gèle ces prétentions. Ni la terre de la Reine Maud ni aucune autre portion de l'Antarctique n'appartiennent à un quelconque pays. Quand à Amundsen, c'est aussi et encore un norvégien, le premier à atteindre le pôle sud géographique. Décidément, les norvégiens sont à l'aise avec le froid. Par contre, la Belgica, c'est le nom du bateau qui a emmené Alain de Gerlache le long de la Péninsule Antarctique. Mais c'est aussi le nom d'une montagne en terre de la Reine Maud, lieu donc aussi étroitement lié avec la Belgique !

Écrit par : Jéjé | 29/01/2009

Gm Salut Alain,
C'est fabuleux ton Idee qui s'est realisee.Je travaille
pour la Paix Mondiale et la conservation de la Nature
et des Arts;je suis des Flandres;je suis a Jerusalem.
Mesures-tu les decongelations proches des glaces?
As-tu des foreuses pour mesurer?
A quelles distances y-a-t-il eu des crevasses et
decongelations?
Je te souhaite reussite et bonne Ecologie...
Baisers
Annie la Belge

Écrit par : Annie Fischler | 16/05/2009

Les commentaires sont fermés.