02/03/2009

Les dessous de la station

Tant qu’on est en dessous de la station, autant y rester un peu pour admirer la structure de soutien. Admirer cet enchevêtrement de piliers métalliques. Faut dire qu’il en faut, des piliers, et dans différentes inclinaisons, pour absorber toutes les forces auxquelles la station est soumise. Il y en a des droits, pour absorber le poids de la station, mais aussi pour empêcher qu’elle ne s’envole au moindre courant d’air, cette jolie soucoupe. Il y en a des obliques orientés nord-sud pour empêcher la station de basculer dans ce sens, et orientés est-ouest, pour absorber les mouvements dans l’autre sens.

DSC02268

Au départ, il était prévu de fixer ces poutres dans le granit même. Mais la roche s’est montrée plus friable que prévu. Il a fallu faire des coffrages et couler du béton. Du béton à -20 °C ! Je ne vous explique pas comment il a fallu préchauffer le ciment et le sable dans un container pendant plusieurs jours. Le sable, il a fallu en trouver également sur place, une mini carrière a été improvisée près du nunatak. Le coffrage a aussi été chauffé, au même titre que le granit. Le béton a été réalisé dans le container chauffé puis coulé immédiatement dans le coffrage. Une résistance chauffante enfuie dans le béton a ensuite permis à celui-ci de garder une bonne température (quelques degrés…) pendant plusieurs jours pour que la prise soit bonne (suffisante). Pas évident de faire du béton en Antarctique… Les techniciens ont vraiment dû improviser, sans avoir de magasin Brico à portée de main… En outre, le rocher est composé de plusieurs parties séparées par des failles, qu’il a fallu maintenir en un seul bloc à l’aide de grands clous (en fait d’énormes tiges boulonnées). 

Ceci juste pour expliquer la vie des ingénieurs et des techniciens sur place. Tout ne se déroule pas comme sur les plans. Le génie, l’improvisation, la trouvaille de la bonne idée au bon moment, voilà ce dont les équipes ont dû être capables pendant ces deux années de construction. Et avec les moyens du bord pardi !

Mais le véritable pilier, n’est-ce pas ce bras, ici sur la photo, ce bras d’Alain Hubert, le véritable soutien de la station ? Ca me semble clair !

DSC02096

21:21 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

oh vous arrivez à faire partager votre enthousiasme.
Merci.
bonne semaine.

Écrit par : Francine | 02/03/2009

Revue de blog Bonjour,
J'aimerais vous consacrer la prochaine revue de blogs sur Skynet.be et j'aimerais vous poser quelques questions. Pourriez-vous me contacter par mail via julieo@gmail.com ?
Un tout grand merci d'avance,
Julie

Écrit par : Julie | 03/03/2009

Quinze mois dans l'Antartique par le Cdt DE GERLACHE ...je possède ce livre edité en 1902.
Je suis occupé à le relire pour la nième fois.
Mais à venir vous lire régulièrement, j'y trouve autant de plaisirs.
Mais aucune comparaison et commune mesure entre votre expédition et celle du Belgica.
Encore bravo à toute l'équipe et merci à vous pour ce blog

Écrit par : La parole | 03/03/2009

yesss! ça y est! tu vas être célèbre!!! vas-y jéjé!!!
tjs aussi passionant en tt cas!!!
gros bisous!
christelle

Écrit par : christelle chevalier | 04/03/2009

Les commentaires sont fermés.