18/06/2009

Le vent

Il ne neige pas souvent en Antarctique, le climat est très sec. Alors le vent s’amuse à déplacer la neige qu’il a sous la main. Et il la sculpte, il en fait de jolies courbes pour mettre un peu de beauté dans son monde tout blanc. De véritables dunes dans ce désert de neige. De la neige sèche, c’est étrange, impossible d’en faire une boule de neige, d’en faire un bonhomme de neige. Il ne fait pas assez humide pour quelle colle, elle s’effrite tout de suite. Alors le vent la balaie, à gauche, à droite. Et parfois le soleil arrive à en faire fondre un peu. Mais la température négative transforme tout de suite la neige fondue en mer de glace. A l’endroit où je suis pour prendre la photo, impossible de tenir debout sans crampons, une patinoire géante, composée de vaguelettes à sa surfaces, façonnées, elles aussi, par le vent. Le vent, c’est le maître en Antarctique, il souffle où il veut, et tout le temps !

DSC02178

21:52 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

16/06/2009

L'ascension du nunatak !

Pour récompenser mes plus fidèles lectrices (merci pour les messages), une photo de moi !!! Aaaah ooooh hiiiii ! J’entends d’ici les cris ;-)
Elle est prise d’en haut du nunatak de la station. Vue plongeante sur le village Utsteinen, le campement, les containers (lieux de stockage et de travail) et la station.
L’arrête rocheuse sur laquelle est construite la station est le prolongement de l’arrête de la montagne sur laquelle je pose fièrement. Fièrement, c’est bien le mot. Vous voyez le petit bout de corde qui arrive sur la gauche du rocher ? La corde pendouille jusqu’à 20 mètres plus bas, j’ai dû me hisser, trouver des prises pour mes mains et mes pieds dans ce grand rocher de granit. Vous connaissez mon expérience de l’escalade, hum hum, surtout mon vertige… Mais j’y suis arrivé !!! (le pire, mais là sur la photo je ne l’ai pas encore compris, c'est qu'il faut redescendre par là, dans le vide, aaarg).

DSC02303

Expérience de privilégiés, l’escalade de cette petite montagne n’a pas été proposée à tout le groupe. Nous étions 4 à nous y aventurer. L’ascension est d’abord aisée, on saute de caillou en caillou, puis cela se complique et cela devient de plus en plus technique. Mais comment me suis-je laissé embarquer dans cette aventure ? C’est un autre invité qui m’a dit un soir, hé, Jérôme, viens vite, on escalade le nunatak. Ok, chouette, il doit y avoir un joli sentier, me suis-je dit, naïf, tout en m’harnachant d’un baudrier, mais pour quoi faire ? J’ai vite compris, mais trop tard pour reculer. Une fois au sommet, quelle expérience extraordinaire, quelle vue incroyable, quel silence, quelle grandeur, quelle beauté. Soudain, sur la pointe du nunatak où il n’y a place que pour une seule personne, je me suis senti plus près de l’étoile polaire, la tête tout en bas de notre globe terrestre, le plus beau vertige de ma vie.

DSC02288

22:23 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/06/2009

La nuit

Alors que j’ai connu le soleil de minuit en février (presque, disons le soleil de onze heures…), c’est la nuit noire maintenant au dessus de la station Princess Elisabeth. Le soleil ne se lèvera qu’en septembre, et la station n’ouvrira à nouveau ses portes qu’en novembre. D’ici là, les éoliennes tournent à plein régime pour garantir une température d’environ 10 degrés dans la station pendant tout l’hiver. Les panneaux solaires, eux, cherchent la lumière, et ils peuvent encore chercher quelques mois… Chercher, c’est aussi le métier des scientifiques, notamment ceux qui prendront l’avion dans 5 mois pour Le Cap, Novo puis Utsteinen, comme je l’ai fait il y a 4 mois. J’imagine leurs impatiences, leurs questions et leurs angoisses. Aaaah comme je les envie !

Les ombres s'allongent au fur et à mesure que l'automne s'installe (16/02/2009)

DSC02295

Coucher de soleil au sommet du nunatak (16/02/2009 vers 20h)

DSC02311

La station dans la nuit (photo officielle de la Fondation polaire)
vaisseau dans la nuit

21:24 Écrit par J | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |